Alexandre Lachaumette, Chef à la Table d’As à Surgères

Parlez-nous de votre passion pour la qualité et votre engouement pour la proximité ?

En premier lieu, je dirais que c’est lié à ma vision du métier de restaurateur : difficile de faire du bon avec de mauvais produits et pourquoi aller chercher ailleurs ce qu’on a chez nous ! J’aime savoir ce que je travaille et comment je le travaille… et c’est là le deuxième aspect : tout est une histoire de rencontres : aller à la rencontre des producteurs fait partie de mon métier. Nouer une relation de confiance est très important pour moi.

Cela a toujours été ma philosophie : je ne travaille que ce que les producteurs ont à me proposer. J’élabore ma carte en fonction de leur récolte ou de leur production. C’est un vrai partenariat qui est gratifiant tant pour eux que pour moi. Et j’aime cet échange, il y a une histoire qui s’exprime dans les produits, celle de gens passionnés qui ne comptent pas leurs heures, sur le pont tous les jours. C’est aussi cela qu’il faut mettre en valeur dans l’élaboration de nos recettes.

 

Et tous ces produits de qualité sont vraiment à proximité ?

Oui, pratiquement tous dans un rayon de 3 à 8 km ! En tant que restaurateur, j’ai à cœur d’essayer de promouvoir les produits Charentais-Maritime, d’être à mon échelle un porte-parole, un ambassadeur de la qualité. Vous savez, 98% de produits que je cuisine sont estampillés “+ de 17 dans nos Assiettes” et essentiellement bios.

 

Pour vous, la marque “+ de 17 dans nos Assiettes” est importante ?

Je fais partie de ceux qui travaillent dessus depuis quelques années. C’est important car “+ de 17 dans nos Assiettes”, c’est la reconnaissance d’un savoir-faire et d’un certain niveau d’exigences qui avait jusque-là beaucoup de mal à être valorisés. Les producteurs ne savent se mettre en avant, et nous restaurateurs pouvons être cette vitrine. C’est pourquoi j’ai trouvé la démarche intéressante.

Associer la marque “+ de 17 dans nos Assiettes” et la plateforme Manger 17 va créer de l’émulation, donner envie aux producteurs de rejoindre la plateforme et (ou) la marque. Cet outil a vocation à grandir, à être à la fois un moyen de fédérer les producteurs engagés dans la recherche de la qualité, et un instrument à destination du grand public pour facilement les identifier. On le voit encore plus aujourd’hui avec la crise sanitaire qui a tout bousculé, on a tous besoin de retrouver de l’authenticité, de la sincérité…

Partager :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur linkedin